Tenue de l'Assemblée générale de l'UMP 6/94, en présence de Roger Karoutchi

Publié le par Patrick Beaudouin

Mardi soir s’est tenue, à Vincennes, l’Assemblée générale de l’UMP de la 6ème circonscription du Val de Marne (Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois), en présence de Roger Karoutchi, Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et Président du groupe UMP à la Région Ile de France, que j’avais souhaité inviter à l’occasion du premier anniversaire de l’accession de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

 Près de 250 personnes avaient répondu présentes, parmi lesquelles de nombreuses personnalités « UMP » du Val de Marne : Catherine Procaccia, Sénateur et Conseiller général, Roland Patrzynski, Secrétaire départemental de la Fédération de l’UMP-94 et Conseiller régional, Jacques JP Martin, Maire de Nogent sur Marne et Conseiller général, Jean Eroukhmanoff, Conseiller général et Maire-adjoint de Saint-Mandé, Jean-Michel Seux, Conseiller général, de nombreux élus des conseils municipaux de Saint-Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-Bois  mais aussi Laurent Lafon, Maire « Nouveau Centre » de Vincennes, que j’avais souhaité convier au nom du nécessaire rassemblement de la majorité présidentielle autour des réformes engagées. 


 

J’ai, notamment, rappelé que la 6ème circonscription du Val de Marne, forte du travail de terrain effectué, restait la première en terme de nombre d’adhérents et présenté la nouvelle organisation de l’UMP dans les trois villes, caractérisée par la nomination de jeunes militants et élus, hommes et femmes issues d’horizons divers, brillants et dynamiques, à des postes de direction et d’animation. J’ai, également, présenté officiellement le lancement du Panel 6/94, qui permettra, à travers un questionnaire rempli chaque mois par une centaine de militants de la circonscription, de suivre l’évolution du regard porté par nos adhérents sur la politique gouvernementale et les dossiers d’actualité. Enfin, j’ai appelé chacun à soutenir l’action engagée depuis un an, le 6 mai 2007 marquant un tournant historique dans notre pays. Les jalons du nécessaire changement ont été posés, des réformes courageuses et indispensables, trop longtemps repoussées, ont été mises en œuvre. A nous désormais, élus et militants de la majorité présidentielle, de convaincre, d’expliquer et de consolider l’élan lancé par le Gouvernement.  

Roger Karoutchi a, ensuite, rappelé l’ensemble des réformes menées depuis un an par le Gouvernement, soulignant que leurs effets seraient visibles à moyen et long terme. C’est un cycle de réformes courageuses, nécessaires et depuis longtemps attendues qui a, en effet, été enclenché par le Président. La déception de nombreux Français, due à une impatience compréhensible et légitime, devrait s’atténuer dès les premiers effets de ces mesures, en matière, par exemple, de pouvoir d’achat, avec la loi de modernisation de l’économie, en cours de débat au Parlement ou de sécurité, avec la nouvelle loi sur la rétention pour les récidivistes. 

Le débat, riche et passionné, qui a suivi avec la salle, a permis d’éclaircir certains points de la politique gouvernementale, de répondre à des inquiétudes et d’encourager le Gouvernement à poursuivre sur cette voie résolue et déterminée.

  Roger Karoutchi a conclu la soirée sur le dossier du « Grand Paris », soulignant, comme je l’avais exprimé il y a plusieurs mois, que la Région Ile de France, en raison de sa qualité de grande capitale européenne, a besoin d’une structure spécifique, à caractère dérogatoire, comprenant l’Etat et les partenaires territoriaux, qui constituera un interlocuteur unique menant à terme des projets structurants indispensables tels que le Métrophérique. Il a rappelé que des solutions audacieuses et nouvelles de financement, telles que des partenariats publics-privés, proposition que je lui avais suggérée, pouvaient être trouvées. Le temps du débat institutionnel viendra, même s’il est d’ores et déjà acquis qu’une communauté urbaine assoiraient certainement la domination parisienne et n’est donc pas envisageable, de même que la suppression des trois départements de la première couronne, proposée par le sénateur Philippe Dallier, signerait la disparition de la Région Ile de France. C’est, d’abord et avant tout, une intercommunalité de missions et de projets que nous devons construire et je serai aux côtés de Roger Karoutchi pour le faire.

Commenter cet article