Droit à l'accueil des enfants dans les écoles primaires

Publié le par Patrick Beaudouin

Le Président de la République vient d'annoncer la création prochaine d'un droit à l'accueil des enfants scolarisés à l'école primaire.


Ainsi qu'il l'a rappelé hier, lorsque les deux parents travaillent et que l’accueil des enfants à l’école n’est pas assuré, la grève pose des difficultés insurmontables à beaucoup de familles, en particulier aux plus modestes. Elle pose aussi des problèmes d’égalité, car il y a ceux qui peuvent faire garder leurs enfants, et ceux qui n’en ont pas les moyens.


Xavier Darcos avait mis en place en janvier un service minimum d’accueil par les communes les jours de grève des enseignants. Dans les villes qui ont bien voulu se prêter à l'expérimentation, le dispositif a été un succès : ainsi, à Saint-Mandé, 150 enfants ont été accueillis le 24 janvier, et 350 hier, permettant ainsi à autant de parents de se rendre à leur travail.


Mais ce qui devait se généraliser progressivement compte tenu de la forte demande des familles est devenu l’enjeu d’une exploitation politicienne. Les maires PS se sont opposés à sa mise en place. Les syndicats n’ont pas voulu prendre part à une discussion sur le délai de déclaration d’intention de 48 heures pour les enseignants grévistes .


Le recours à la loi devenait donc indispensable. Un projet sera déposé avant l’été.

Le droit à l'accueil prolongera et améliorera le service minimum d'accueil. Il vaudra en effet toute l’année, et pas seulement en cas de grève. Non seulement les communes devront proposer des solutions d’accueil lors d'une grève (l'Etat leur versant une compensation), mais, lorsqu’un enseignant sera absent durant le temps scolaire normal, l’Etat devra aussi assumer ses responsabilités en assurant l’accueil des élèves, puis le remplacement du professeur absent.

Publié dans Actualité

Commenter cet article