Visite du porte-avions Charles de Gaulle

Publié le par Patrick Beaudouin

Jeudi 10 juillet, la Commission de la Défense et des Forces armées, à laquelle j'appartiens, organisait un déplacement à Toulon, premier port militaire français et premier port militaire européen en Méditerranée.

 

La matinée était consacrée à une visite du porte-avions Charles de Gaulle. Entré en service en 2001, le Charles de Gaulle est le huitième porte-avions français en activité, et le premier bâtiment de surface de la marine nationale à propulsion nucléaire. Long de 261,50 mètres et large de 64,36 mètres, il peut embarquer de 35 à 40 aéronefs (avions de défense aérienne, avions d'assaut, hélicoptères) et 1 900 marins.

Jouissant d'une très grande liberté d'action et de manoeuvre, le porte-avions joue pleinement son rôle de d'outil de gestion de crises. Il permet de répondre avec flexibilité (différentes configurations d'armement possibles) et dans la durée (jusqu'à un an de présence sur zone) aux différentes fonctions qui lui sont assignées, du déploiement préventif à la démonstration de force, voire à l'utilisation du feu, y compris nucléaire.

 

Le déjeuner a eu lieu sur le bâtiment de projection et de commandement Mistral. Ce bâtiment extrêmement innovant, le deuxième de la flotte français en terme de tonnage, est entré en activité en 2006. Ses capacités se déclinent en quatre grands domaines : bâtiment de commandement, porte-hélicoptère, capacité amphibie et de transport, capacité hospitalière.

 

Il est appelé à constituer la pièce maîtresse de plusieurs types de missions : commandement, gestion de crises et évacuation de ressortissants, opérations amphibies avec débarquement de troupes, opérations humanitaires suite à des catastrophes humanitaires (ainsi auprès des populations birmanes après le passage du cyclone Nargis).

 

L'après-midi a été consacré à une visite de l'hôpital d'instruction des armées Sainte-Anne, récemment inauguré. Il est au services des forces pour les soins mais aussi l'expertise du personnel navigant et plongeur. Il accueille l'école du personnel paramédical des armées.

 

Sa vocation militaire n'empêche pas une très large ouverture à la population locale, qui peut ainsi accéder à certains services, expertises et équipements uniques dans la ville voire dans la région.

Publié dans Assemblée Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article