Les grandes purges du Parti socialiste

Publié le par Patrick Beaudouin

Les manoeuvres de ces derniers jours au Parti socialiste auront révélé – s'il en était encore besoin – la vraie nature de ce parti.


Un parti qui se pose volontiers en bonne conscience du pays et se prétend défenseur de la liberté d'expression donne en effet l'exemple d'une opposition sectaire, d'une paralysie du débat interne, d'une sclérose idéologique, au seul profit de préoccupations électoralistes et de querelles de personnes.


On aura vu, d'abord, le député Arnaud Montebourg sanctionné pour s'être porté candidat à la présidence du Groupe socialiste à l'Assemblée nationale face au candidat unique Jean-Marc Ayrault.


On aura vu, ensuite, les socialistes s'interroger sur le châtiment à réserver au « traître » Jack Lang, coupable d'avoir voté en faveur d'une révision constitutionnelle à l'élaboration de laquelle il avait participé, et dont plusieurs des dispositions étaient réclamées, parfois depuis plusieurs décennies, par la gauche.


On aura vu le député radical de gauche Gérard Charasse, membre du Groupe Socialiste, radical, citoyen, être interdit de parole lors de la réunion de Groupe, et les socialistes menacer leurs alliés radicaux de représailles électorales.


On aura vu, enfin, le député Gaëtan Gorce démis de ses fonctions de vice-président du Groupe socialiste à l'Assemblée pour avoir dénoncé, avec plusieurs de ses collègues, l'« anti-sarkozysme pavlovien » du PS.


On savait le logiciel économique du PS bloqué plusieurs décennies en arrière, lui qui défend l'idée que le partage du travail et l'interventionnisme étatique peuvent créer de la richesse et de l'emploi, alors que toutes les expériences démontrent le contraire.


On constate désormais, également, sa régression en matière de fonctionnement, puisqu'il vient de remettre à l'honneur le centralisme démocratique, cher aux partis communistes, qui n'avait de démocratique que le nom, où chacun était tenu de se plier aux décisions prises par la direction.


La « chasse à Jack Lang » rappelle quand à elle « d'autres partis et d'autres époques », pour reprendre les mots du député socialiste Manuel Valls, puisqu'elles évoquent effectivement les purges visant à éliminer toute opinion discordante au sein des partis communistes.


Mais à force de s'approprier, et les idées, et les méthodes du parti communiste, le parti socialiste risque de connaître le même sort...

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article