Lycée international de l'Est parisien: une regrettable récupération...

Publié le par Patrick Beaudouin

 

Ayant toujours défendu et valorisé la règle d’or du consensus au sein de l’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien (ACTEP), c’est avec regret que je rédige ce billet.

 

En effet, je désapprouve totalement le spectacle auquel s’est livré Michel Pajon, Député-Maire de Noisy-le-Grand, avec la complicité de Claude Bartolone, Président du Conseil général de la Seine Saint Denis en invitant, le 3 septembre dernier, Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional d’Ile de France à venir inaugurer la pose d’un panneau d’information sur le site du futur Lycée international - symbolisant la réalisation proche de ce projet - et ce, sans même en informer aucun élu de l’Actep !!!

 

La plupart d’entre nous l’avons appris par voie de presse, en découvrant le lendemain la photo de l’évènement… Or, faut-il le rappeler, nul ne peut s’attribuer le mérite de ce projet tant il est le résultat de l’action volontariste et coordonnée de l’ensemble des membres de l’Actep, depuis 2002. Et aucun élu, fut-ce celui qui accueille une partie du site du futur Lycée (l’autre se trouvant sur le territoire du Bry sur Marne), ne peut à lui seul initier le développement du pôle économique et urbain que ce projet structurant permettra de créer dans l’Est parisien.

 

Le Président de la Région Ile de France, piégé puisqu’il avait été assuré de la présence d’autres élus de l’Actep à cette manifestation, ne s’y est pas trompé en rappelant l’attitude collective qui a permis l’adoption de ce projet.

 

Ces méthodes d’un autre age, dont nous avons pu constater la vigueur et la côte lors du récent Congrès socialiste de La Rochelle, sont détestables. Leur importation au sein de notre association est dangereuse.

 

Elles menacent directement l’unité d’une association qui rassemble – et le terme est important – 21 maires et deux Conseils généraux, au-delà de toutes divergences politiques ainsi que la viabilité et la crédibilité du vaste projet de développement économique et urbain dans l’Est parisien pour lequel nous nous battons depuis tant d’années.

 

Les enjeux qui en découlent pour les habitants de l’Est parisien méritent un autre traitement que celui imposé par une bande de sous-fifres, omnibulés par la seule perspective de tirer leur épingle du jeu du concours de faussetés et d’hypocrisie qui sclérose leur camp et dont le Congrés de Reims sera, à n’en pas douter, le point d’orgue.

 

C’est donc avec la plus grande fermeté que je me joins à mes collègues Claude Pernes, Président de l’Actep et Maire de Rosny-sous-Bois et Jean-Pierre Spilbauer, Délégué général de l’Actep et Maire de Bry sur Marne  pour condamner cette initiative.

 

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article