Un nouveau marché bio à Saint-Mandé: "De Mandé Bio!"

Publié le par Patrick Beaudouin

Dans la logique des actions menées par la ville de Saint-Mandé en faveur du développement durable et afin de répondre à la demande croissante des Saint-Mandéens en matière de produits biologiques, la municipalité a décidé d’étendre l’offre existante dans ce secteur.

Ainsi, Saint-Mandé s'est doté d'un nouveau marché bio, intitulé "De Mandé Bio!", qui se tiendra tous les dimanche, place du Général Leclerc, de 8h à 13h. Je l'ai inauguré dimanche dernier, accompagné de mon Adjointe au Développement économique, Françoise Dussud, de plusieurs membres du Conseil municipal, de représentants des marchés et de la société Dadoun. 

 

Le nouveau marché bio de Saint-Mandé propose sur ses 7 stands une large palette alimentaire aux consommateurs : fruits et légumes, pains et pâtisseries, beurre, œufs, fromage, produits de boucherie, miel et vins. Tous les produits sont certifiés par l’organisme Ecocert, qui garantit leur fabrication en accord avec les règles de l’agriculture biologique. 

 

Dans le même souci de sensibiliser aux problématiques de développement durable et de contribuer à une alimentation saine et équilibrée, un repas biologique par semaine est servi depuis le début de l’année à tous les élèves de toutes les écoles élémentaires et primaires de Saint-Mandé.

 

A la ville comme à la campagne, la conscience environnementale gagne du terrain, et le bio fait partie de ses nouveaux modes de consommation que les collectivités locales se doivent d’encourager pour améliorer la qualité de notre environnement … et de notre alimentation.

 

 

Commenter cet article

St mandéen mécontent 03/05/2017 03:44

Belles promesses...en 2017 plus de marché Bio, pas un seul magasin Bio à St Mandé alors que partout en France on en trouve. Quant aux cantines, mon enfant ne mange pas bio du tout ! même pas un jour par semaine.Il serait temps que ce maire installé depuis trop longtemps peut-être, fasse un peu bouger cette ville.

Jean Pierre Chevrier 13/11/2008 09:07

Je reviens sur le débat concernant le scrutin proportionnel ou non.Si le suffrage universel a deux tours permet de dégager une majorité claire il donne toutefois aux médias une possibilité de fausser le scrutin.Le code électoral et les organismes de surveillance de l'audiovisuel n'ont pas prévu des possibilités de contrôle dans le cadre d'une primaire.
C'est bien dommage et c'est antidémocratique car j'affirme publiquement mon analyse que Mme Royal est la candidate des médias Sarkozystes parce qu'ils savent qu' avec elle et compte tenu de ses incapacités l'élection Présidentielle est gagnée par la Droite.
Certes le congres socialiste n'est pas une primaire mais l'ambitieuse dont l'objectif est de verouiller la gouvernance du PS dans le seul but de le transformer en club de fans doit être avertie que ses "envies" peuvent être contrecarées et qu'il ne suffit pas d'avoir "envie" pour devenir Présidente de la République.
C'est pourtant le processus de primaires qui doit permettre à chaque camp de déterminer quel sera son candidat à la présidentielle.
Aucun point des primaires n'est réglé par la constitution caporaliste du "Général" De Gaulle.
Or nous ne sommes pas dans une cour de caserne mais dans une démocratie.
Si vous aimez Obama : organisez d'abord de vraies primaires (ainsi que des législatives de mid Term redonnant au parlement le droit à la parole.
Il est anti démocratique et aberrant de constater que les médias à la botte de Sarkozy accordent une audience disproportionnée à une seule personne même pas candidate officielle puisqu' elle s'est mise d'elle même au frigidaire.
Imaginez qu'en 1995, entre les deux tours, les médias n'aient questionné que Lionel Jospin pourtant arrivé en tête au premier tour.
C'est pourtant la faveur qu'ils accordent à Mme Royal.
Et je trouve en tant que citoyen que c'est scandaleux pendant que la même pas candidate pour l'instant intime au xautres "personne n'a rien à annoncer".
Je suggère d'ores et déja que soit déjà examinée une procédure en annulation d'une éventuelle élection de Mme Royal pour couverture médiatiaque disproportionnée par rapport à ses concurrents ce qui lors d'une Présidentielle serait une grave infraction n'assurant pas l'égalité absolue entre les compétiteurs.