2008 : une année positive pour la lutte contre la délinquance

Publié le par Patrick Beaudouin

En 2008, la délinquance a reculé de 0,86 % pour atteindre son plus bas niveau depuis 11 ans. Ce nouveau recul est la preuve qu’une action déterminée et continue peut permettre de réussir là où d’autres avaient renoncé et échoué (+ 17% entre 1997 et 2002).

 

La délinquance qui touche le plus les français, la délinquance dite « de proximité » est celle qui diminue le plus : - 6,3% entre 2007 et 2008, soit 103 000 personnes épargnées.

 

Il est vrai qu’il existe une hausse des violences contre les personnes, mais celle-ci est due à la hausse des violences non crapuleuses (+ 6,41%) alors même que les violences crapuleuses diminuent (- 5,48 %).

 

Or la hausse des violences non crapuleuses est largement due à la meilleure prise en compte des violences intrafamiliales. Les victimes de ces violences sont encouragées à les déclarer de plus en plus. Pour aller plus loin et combattre efficacement ces violences, Michèle ALLIOT-MARIE a confié au préfet de LAGUNE une mission pour mieux connaître et donc mieux combattre ce phénomène.

 



Le taux d’élucidation de la délinquance est passé de 26,3% en 2002 à 37,6% aujourd’hui, donc d’1 cas sur 4 à 1 sur 3.

 

Les engagements pris par le Président de la République sont donc tenus, la sécurité des Français s’améliore. Néanmoins, il reste beaucoup à faire.

 

C’est pour continuer notre effort que les moyens des forces de sécurité vont être renforcés et optimisés en 2009.

 

Ainsi la Gendarmerie et la Police Nationale, maintenant toutes les deux placés sous l’autorité du Ministre de l’intérieur vont pouvoir collaborer plus activement.

1 milliard d’euros va être consacré à la modernisation des moyens des forces de sécurité au cours des 5 prochaines années.


Dans le domaine de la sécurité routière, nous multiplions les tests salivaires pour repérer les conducteurs sous l’emprise de stupéfiants et aggravons les sanctions prononcées contre les délinquants de la route.

 

De même, nous accentuons notre pression contre la cybercriminalité, grâce à la nouvelle possibilité qu’ont les enquêteurs de capter des données, grâce à la plateforme de signalement des contenus illicites sur l’Internet et à la création du délit d’usurpation d’identité.

 

La délinquance n’est pas une fatalité et la majorité est fermement résolue à protéger les Français et à assumer la première des fonctions de l’Etat qui est la sécurité des biens et des personnes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article