Le Pacte automobile: un moteur pour sortir de la crise

Publié le par Patrick Beaudouin

Mis à mal par le contexte économique, le secteur automobile français connaît aujourd’hui une crise aiguë. Afin d’aider les constructeurs à affronter les difficultés actuelles et à venir, le gouvernement a élaboré un plan de soutien « global et massif ». Le Pacte automobile est le fruit d’un travail en commun, d’une collaboration avec l’ensemble des acteurs de la filière automobile.

 

Présenté le 9 février 2009 par le Président de la République, le Pacte automobile a pour vocation de fournir aux constructeurs une aide financière adaptée à leurs besoins. D’une part, il s’agit de soutenir la filière automobile durant la crise. D’autre part, il convient de préparer l’après-crise en vue de favoriser l’innovation, l’exportation, et la création d’emplois. La situation est urgente à plus d’un titre : la filière automobile est l’un des piliers de l’activité économique de notre pays en matière d’emploi (10% de la population). Les constructeurs devront également faire face à la concurrence mondiale et relever les nouveaux challenges environnementaux.

 


Avec la mise en œuvre du Pacte automobile, Nicolas Sarkozy poursuit par conséquent son plan de relance. Les paroles qu’il a prononcées lors de la présentation du projet témoignent de la force de son engagement : « La France ne laissera pas tomber son industrie automobile ». Pour ce faire, le Pacte automobile prévoit une multiplicité d’aides et de financements :

- Des prêts participatifs pour une durée de 5 ans et un montant global de 6.5 Milliards d’euros aux constructeurs automobiles.
- Un fonds de garantie jusqu’à 90% porté par OSEO pour les prêts octroyés aux équipementiers et aux sous-traitants.
-  Un fonds sectoriel de 600 Millions d’euros
-  Une meilleure prise en charge du chômage partiel

 Si l’Etat affirme la nécessité de soutenir son industrie, le pacte automobile est néanmoins assorti de contreparties importantes :

- Les prêts accordés sont participatifs
- En matière d’emploi, les constructeurs s’engagent à ne pas établir de plans sociaux en    2009. Ils se doivent par ailleurs de maintenir leurs activités de recherche et de développement.
- Aucun site d’assemblage n’est autorisé à fermer pendant la durée du prêt.


 

  Le Pacte automobile a ainsi pour objectif de redresser l’industrie automobile tout en la préparant aux défis de demain. Il ne constitue pas un plan protectionniste, et s’inscrit parfaitement dans le cadre européen.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article