Débat sur la réintégration du commandement intégré de l'OTAN

Publié le par Patrick Beaudouin

Le prochain sommet de l'OTAN aura lieu début avril. L'Assemblée nationale débat aujourd'hui de la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'Alliance atlantique, puis le Premier ministre engagera sa responsabilité.


Cette réintégration a été présentée, à tort, comme une rupture dans notre politique étrangère, qui subordonnerait la diplomatie française aux intérêts américains, et nous conduirait, par exemple, à prendre part contre notre gré à des conflits tels que la guerre en Irak.


Si la France a quitté le commandement intégré en 1966, elle participe à toutes les grandes opérations de l'OTAN (Bosnie, Kosovo et Afghanistan). Elle en est l’un des principaux contributeurs, tant en termes d’effectifs que de budget, et siège dans la plupart de ses organes décisionnels.


Il s'agit donc, avec la réintégration, de mettre nos actes en conformité avec les faits.


Notre intérêt est d'être présents là où sont prises les décisions qui engagent potentiellement la vie de nos soldats et d'obtenir un partage des postes à la hauteur de notre engagement. La France prendra notamment la tête du commandement pour la transformation, chargé de concevoir l'OTAN de demain.


Il s'agit aussi de construire une défense européenne. Il est vain d'opposer Alliance atlantique et Europe de défense : l'une et l'autre sont étroitement imbriquées. L'engagement de la France dans l'OTAN facilitera l'acceptation par nos partenaires de notre projet de défense européenne.


Ce retour se fera à certaines conditions : liberté d’appréciation totale sur l’envoi de troupes en opérations ; aucun contingent militaire de manière permanente sous commandement de l’OTAN en temps de paix ; caractère strictement national de la dissuasion nucléaire.


Cette rénovation de la relation de la France avec l’OTAN permettra donc d'assurer notre sécurité en toute indépendance et dans le respect de notre souveraineté.

Publié dans Assemblée Nationale

Commenter cet article