Pour le Musée de l’Histoire de France au château de Vincennes

Publié le par Patrick Beaudouin

J’ai été reçu hier à l’Elysée avec Laurent LAFON, Maire de Vincennes et Conseiller régional d’Ile-de-France, afin de soutenir la candidature du château de Vincennes dans le cadre du futur Musée de l’Histoire de France auprès d’Eric GARANDEAU, conseiller adjoint culture du Président de la République, et d’Eric SCHAHL, conseiller technique chargé des relations avec le Parlement.



 

Député de Vincennes et rapporteur du « Lien armée-nation », je suis soucieux de la transmission de notre patrimoine national culturel et historique, et j’ai travaillé depuis des mois à porter à la connaissance des personnes concernées l’ensemble des arguments qui plaident en faveur du château de Vincennes pour l’installation du musée de l’histoire de France.

 

Avant la décision du Président de la République, il fallait une nouvelle fois porter à l’Elysée notre forte conviction que le Château de Vincennes est le meilleur site, alors même que Christine ALBANEL a écrit au Président de la République, lui proposant le choix entre deux sites après le rapport Rioux.

 

Avec Laurent LAFON, nous avons ainsi évoqué les atouts incomparables de Vincennes –  en particulier son accessibilité et les coûts de construction qui ne seraient pas plus élevés que sur un autre site.

 

Mais également :

 

- le site en lui-même, qui réconcilie les français avec mille ans de leur histoire, depuis la fondation de l’Etat moderne par Charles V.

 

- La possibilité d’y créer un grand centre de recherche sur l’histoire de France en bénéficiant des archives déjà sur place, de la proximité immédiate de l’Institut Géographique National à Saint-Mandé, de l’I.N.A à Bry sur Marne ainsi que de l’E.C.P.A.D. à Ivry.

 

- Vincennes pourrait être le point de départ idéal, le « kilomètre zéro » des chemins de l’histoire et de la mémoire rayonnant à travers la France, tels que d’ailleurs évoqués très régulièrement par le Président de la République dans ses discours (les Glières, le Mont-Valérien, Verdun, Ouistreham, Colleville…).

 

Enfin, choisir Vincennes, c’est donner corps au grand projet de Nicolas Sarkozy du Grand Paris et, pour la première fois depuis trente ans, réaliser un investissement public culturel de rayonnement national et international au-delà du périphérique, dans la continuité du grand axe culturel qui va du quai Branly à la Bibliothèque Nationale

Commenter cet article