Le premier café politique d'UMP Facs: le lobbying parlementaire

Publié le par Patrick Beaudouin

Hier soir avait lieu le premier café politique organisé par UMP Facs, au café le Sorbon, à Paris.


J'ai eu l'honneur de participer à cette réunion aux côtés de Laurent DUBOIS, Responsable national d’UMP Facs, de Julien WEIL, référent d’UMP Facs Sorbonne, ainsi que des jeunes étudiants d'Ile-de-France.



 


J'étais invité afin d'évoquer la question du lobbying parlementaire, sujet sur lequel je travaille depuis 2006 avec Arlette GROSSKOST, Députée du Haut-Rhin.


Comme je l'ai rappelé, le lobbying peut être un relai entre la société civile et les décideurs politiques. Il peut également constituer un moyen, pour le parlementaire confronté à des sujets de plus en plus techniques, d’avoir accès à l’information fiable et vérifiée dont il a besoin pour éclairer sa décision, qu’il prend ensuite au nom de l’intérêt général. Néanmoins ces groupes d’intérêts n’ont pas vocation à être des auxiliaires désintéressés de la démocratie. En raison des dérives que le lobbying peut engendrer au sein des institutions politiques  – il est nécessaire de lui donner un cadre, de le réguler.

 

 

Nous avions déposé, avec Arlette GROSSKOST, une proposition de résolution visant à encadrer le lobbying à l’Assemblée Nationale A l’ occasion de la réforme du règlement de l’Assemblée Nationale, en juillet dernier, un code de déontologie a été créé. Désormais, les lobbyistes devront être recensés sur un registre, condition obligatoire pour obtenir un badge d’accès au parlement. Ils devront également indiquer clairement les intérêts qu’ils défendent, et ce, pour plus de transparence.

 

J’ai pris plaisir à évoquer, avec les jeunes, les implications du lobbying parlementaire, mais également à répondre à leurs questions.

 

 

Je tiens à saluer leur dynamisme et leur enthousiasme, et à remercier UMP Facs pour ce beau rendez-vous politique.

 

Commenter cet article