Etat d'urgence pour le développement durable

Publié le par Jean Eroukhmanoff

Par Jean Eroukmanoff, Conseiller général du Val de Marne, Adjoint au Maire de Saint-Mandé en charge de l'Environnement, des Travaux et du Développement durable.

 


En 1987, le 1er ministre suédois, Marc Buntlaud, dans son rapport « Notre avenir à tous », missionné par les Nations Unies, définissait le développement durable : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Qu’elle était belle la formule ! 20 ans plus tard, un bilan est nécessaire.

A la suite de ce rapport, les déclarations d’intention se sont multipliées : agenda 21 pour les villes, réunion au sommet pour les pays : Rio, Aalborg, Lisbonne, Kyoto. Malheureusement, les chiffres ne sont pas encourageants. La France reste au 3ème rang mondial pour la consommation d’énergie par habitant, au 4ème rang pour les espèces animales menacées et au 9ème rang pour les plantes. Cette année, la France a augmenté de 0,3% la quantité de Co2 produite (alors que notre engagement est de la diminuer de 8% de 1990 à 2012 pour l’ensemble de l’Europe).

Alors certes, tout n’est pas parfait mais il y a pire : les Etats-Unis qui consomment 2 fois plus d’énergie que les Français par habitant ou l’Espagne qui a augmenté de 4,8% sa quantité de Co2 produite. Si nous voulons gagner, non pas le pari, il ne s’agit pas d’un pari mais d’un engagement moral à l’égard de tous les enfants, l’effort doit être fourni par les gouvernants et par chacun d’entre nous. Ce n’est pas la répression qui compte. On sait qu’à Sidney, une brigade de policiers verbalise 60 dollars tout mégot jeté sur le sol. Ce qui compte, c’est un mélange de conviction et de nécessité.

Le conseil municipal des jeunes de Saint-Mandé s’est récemment réuni pour réfléchir sur le développement durable, mais combien connaissait sa définition ? Ils ont préconisé, à raison, une journée sans voitures alors que nous étions réunis dans l’école Tillion où chaque matin des files de voitures déposent les enfants bien que leur domicile se trouve à moins de 300 mètres de cet établissement.

Il ne faut pas projeter sur l’autre l’évolution obligatoire du développement durable : il faut commencer par la respecter soi-même avant de chercher à l’étendre.

Publié dans Les invités du Blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Pierre Chevrier 18/10/2006 08:23

En tant qu'ancien alpiniste vous ne me ferez pas croire que le recul des glaciers est du à George W Bush.( j'ai une histoire perso là dessus qui date des années 70 ).
De surcroit si je regarde la carte de la glaciation du début du quaternaire les glaciers ont commencé à reculer bien avant toute activité humaine.
En tant que statisticien j'attends des preuves sérieuses de la corrélation entre le recul des glaciers et l'activité humaine et ce n'est pas le film très people de Mr Al Gore qui me convaincra.  
(Les émirs n'ont qu à moins rouler en grosse bagnole à Cannes, peut être qu' après les américains s' y mettrons ).
Et pour ma part si j'ai souvent chaud c'est parce que je n'ai qu' a maigrir. et ce n'est pas mon médecin qui me contradira.