L’écologie, au cœur de notre bilan, au cœur de nos engagements

Publié le par Patrick Beaudouin

Parce que nous savons que l’environnement est non seulement une question de survie pour l’humanité, mais aussi une chance pour la croissance et l’emploi, nous l’avons placé au cœur de notre action depuis 2002, et au premier rang de nos priorités pour les années à venir.

 

L’adoption, en 2005, de la Charte de l’Environnement, qui consacre le développement durable au plus haut niveau du droit, comme la volonté de Nicolas Sarkozy de créer un grand ministère du Développement durable, dont le titulaire serait le numéro deux du Gouvernement, témoignent de cet engagement, tout comme l’action de la France sur la scène internationale, depuis le discours du Président de la République au sommet de Johannesburg en 2002 jusqu’à la proposition de créer une Organisation mondiale de l’environnement.

 

La première des priorités est la lutte contre le réchauffement climatique. Pour cela, nous avons donné une impulsion forte au développement des énergies renouvelables. Nous avons aussi mis en place des outils économiques et fiscaux au service des transports propres (développement des biocarburants, encouragement aux moyens de transports alternatifs à la route). Nous avons enfin soutenu la construction ou l’aménagement de bâtiments plus sobres  en énergie.

 

Comme c’est grâce à l’énergie nucléaire que la France émet par habitant 21% de gaz à effet de serre de moins que la moyenne mondiale, nous nous engageons à maintenir et renouveler notre parc nucléaire, tout en renforçant le droit des Français à l’information.


Nous avons aussi défendu la biodiversité, qu’il s’agisse de la préservation des espèces (l’ours dans les Pyrénées), de la protection des paysages et des espaces naturels sensibles (littoral, montagne) ou du souci de l’eau et des milieux aquatiques.


La santé sanitaire est et restera enfin une préoccupation majeure. Nous avons ainsi renforcé la prévention des risques technologiques et nucléaires et œuvré en faveur d’une meilleure maîtrise des risques sanitaires (liés aux pesticides, aux substances chimiques, …). Sur la question sensible des OGM, nous continuerons à veiller scrupuleusement au respect du principe de précaution.


Pour amplifier les efforts engagés, de nouveaux moyens seront mobilisés. Nous voulons ainsi doubler la fiscalité écologique (à taux de prélèvements obligatoires constant), créer un crédit d’impôt environnement, baisser le prix des produits propres – logements économes en énergie, voitures propres, produits bio – grâce à un taux de TVA réduit.


C'est pour affirmer cet attachement à l'écologie et au développement durable, et notre conscience de l'urgence de ces enjeux, que Nicolas Sarkozy s'est engagé à préparer, dès le printemps, un "Grenelle de l'environnement", réunissant tous les acteurs concernés, pour que des décisions soient prises dès la rentrée sur tous les grands sujets.

Publié dans Carnet de campagne

Commenter cet article