Zoo de Vincennes: le point avec Patrick Beaudouin

Publié le par Patrick Beaudouin


Où en est le processus de rénovation du Zoo de Vincennes ?

Bertrand-Pierre Galey, Directeur général du Muséum national d’histoire naturelle l’a annoncé lors d’une conférence de presse, mardi dernier : le processus est clairement engagé et ira à son terme.

Certes, il avance avec un peu de retard sur les délais prévus mais il n’y a là rien d’inquiétant. Il faut désormais laisser les partenaires publics et privés négocier les différents aspects du projet, notamment financiers. Le coût du projet, qui était initialement prévu entre 100 et 120 millions d’euros par les cabinets d’architecte, a été réévalué par les entreprises candidates, dans leurs propositions, à plus de 200 millions d’euros. Tous les partenaires, Etat, Muséum national d’histoire naturelle, cabinets d’architecte, entreprises, doivent donc porter un regard nouveau sur le projet et procéder aux adaptations nécessaires. Tous les gestionnaires sérieux savent que ces ajustements sont tout à fait classiques pour un projet de cette envergure et de cette complexité.

Les échos qui se sont fait entendre ces derniers temps sur sa faisabilité sont, par conséquent, complètement infondés et démontrent une méconnaissance absolue du dossier ou d’une volonté d’exploitation médiatique de difficultés, je le répète, tout à fait normales.

Nous avons mené un intense travail de mobilisation, durant les trois dernières années, avec les associations, les élus locaux, les pouvoirs publics, les collectivités, qui a porté ses fruits. Il a permis de démontrer aux pouvoirs publics l’attachement citoyen à cet établissement et d’obtenir l’accord du Gouvernement pour lancer sa rénovation.

Nous avons voulu un projet ambitieux et le pari sera tenu. Le Zoo de Vincennes sera le plus moderne au monde. Il reposera sur une configuration inédite, axée sur le bien-être animal, puisque les animaux cohabiteront dans six écosystèmes représentant leur milieu naturel.

Je souhaite donc que chacun des responsables ayant à cœur de voir ce fabuleux projet se réaliser dans les meilleurs délais, n’obstruent pas, tout en étant naturellement attentifs, la bonne marche du processus par des actions ou des déclarations contre-productives.

Le Gouvernement actuel vous a-t-il confirmé son soutien à ce projet ?

Absolument. Je vous rappelle que c’est François Fillon, alors Ministre de l’Education nationale et aujourd’hui Premier Ministre, qui, le 9 septembre 2004, m’avait confirmé, par courrier, la volonté de l’Etat de maintenir le Zoo ouvert et immédiatement initié le processus de rénovation. Je sais que sa détermination à ce sujet est intacte. Je dois d’ailleurs prochainement en reparler avec lui. Des rendez-vous avec Valérie Pécresse, Ministre de tutelle du Muséum national d’Histoire naturelle et Jean-Louis Borloo, Ministre de l’environnement, sont également programmés.


Vous avez créé l’association « Le Printemps des Animaux », en décembre 2004, pour soutenir la rénovation du Zoo. Quelles actions mène-t-elle aujourd’hui ?

L’association, qui compte près de 1000 membres, continue d’apporter son soutien à la réalisation d’actions permettant d’augmenter le bien-être des animaux présents, grâce aux dons et cotisations que nous recevons de nos adhérents et partenaires.

L’un d’eux, la chaîne de restaurant Hippopotamus, a, d’ailleurs, récemment financé l’achat d’un bac à boue pour l’Hippopotame. Nous avons, de même, entièrement financé la rénovation de l’enclos des singes hurleurs. Enfin, grâce à un don de 7500 euros apporté par l’intermédiaire de notre Marraine Corinne Touzet, nous nous apprêtons à acheter un échographe, équipement manquant au Zoo de Vincennes, qui facilitera la mise en œuvre des soins apportés aux animaux.

Parallèlement, l’association a décidé d’élargir son action à la réflexion sur la cohabitation entre l’homme et l’animal, en participant notamment au Forum sur l’animal organisé, chaque année, à Saint-Mandé, en coopération avec le Muséum national d’histoire Naturelle. D’autres actions seront organisées au cours des prochains mois autour de ces thématiques qui m’intéressent tout particulièrement.

Interview réalisée par l’équipe de Patrick Beaudouin.

Commenter cet article

Jean Pierre Chevrier 05/07/2007 15:18

Il faudra aussi créer un espace pour les Eléphants du PS.

Je ne manquerai pas de leur apporter des cacahuètes.

Et n'oublions pas aussi de soigner la gazelle blessée : je n'ai jamais pour habitude de tirer sur les ambulances.

Et dans le cadre de l' "ouverture" je propose que l'on ouvre toute grande la porte de la ménagerie afin de permettre aux lions de faire leurs achats dans les commerces de saint Mandé.