REPONSE A MONSIEUR DORNBUSCH

Publié le par Patrick Beaudouin

Je me vois dans l’obligation de répondre à Monsieur David Dornbusch, ancien candidat socialiste aux élections législatives dans notre sixième circonscription. Ce dernier  a en effet affirmé que "je trouvais inacceptable la candidature aux élections cantonales présentée par le parti socialiste  en la personne de Madame Sandra Provini  ... !!!" .
 
J’ai donc envoyé à Monsieur David Dornbusch, via son blog, la réponse suivante :
 
Monsieur,
 
Je n’ai jamais eu l’occasion de polémiquer avec vous.
 
Il est cependant des propos que l’on ne peut laisser passer car l’information qu’ils contiennent ne peut effacer leur pauvreté !
 
Certes, le Parti Socialiste ne sait plus où donner de la tête pour maintenir celle-ci au-dessus de l’eau, mais, de là à manier l’injure, le mensonge, l’insinuation fielleuse pour ranimer ce moribond, il y a une marge à ne pas franchir. Vous m’accusez de passéisme, mais vous vous incarnez dans le fantôme de feu Staline ou dans le fauteuil roulant de Fidel Castro.
 
Je répondrai donc clairement à vos insinuations.
 
J’ai appris que Mlle Sandra PROVINI serait candidate au Conseil Général dans la commune. J’en prends acte car je ne la connais pas. Sa famille est honorablement connue à Saint-Mandé où elle a participé au développement économique et urbanistique de la ville par de nombreuses promotions immobilières.
 
Vous ne trouverez nulle part une quelconque démarche écrite, orale, par voie de presse ou de tract, par laquelle j’aurai déclaré inacceptable sa candidature.
 
Je vous mets au défi de fournir une telle preuve.
 
Maire de Saint-Mandé depuis douze ans, j’ai trop le respect de la fonction de magistrat territorial pour ne pas respecter la personne de mes adversaires, la confrontation des idées, le verdict des citoyens.
 
Car, comme vous le reconnaissez vous-même implicitement, je suis, moi, un véritable démocrate.
 
Certes, je conçois que vous soyez à la recherche, surtout à Fontenay, de l’électeur socialiste….. comme Diogène cherchait désespérément un homme.
 
Je ne puis vous apporter aucune aide en ce domaine.
 
Ce n’est pas par l’injure, le mensonge, la haine que vous y arriverez.
 
Le socialisme, c’est autre chose. Les Fontenaysiens, grâce à vous, le comprendront et je suis certain que leur choix est déjà fait.

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article

Jean Pierre Chevrier 08/11/2007 08:42

Dans le cadre de l'ouverture je suggère qu'on le nomme Ministre.
(Comme cela vous verrez vraiment ce que peut ressentir Arlette Grosskost).
En tout cas cela ne m'empêche pas d'éprouver beaucoup d'amitié pour son Frère Phil dont je conseille à tout le monde la lecture de son blog sur les échecs.
http://phildornbush.blogspot.com
Pour moi l'amitié et le respect sportif dépassent les clivages politiques.