Métro en rocade en Ile de France: la Région et l'Etat confirment leur engagement

Publié le par Patrick Beaudouin

Jean-Paul Huchon, Président de la Région Ile de France, a reçu, jeudi dernier, une délégation de l’association pour la promotion du métro Orbival, dont je faisais partie au titre d’élu référent « Transports » au sein de l’Actep.

 



A cette occasion, Jean-Paul Huchon nous a fait part du caractère prioritaire, pour la Région Ile de France, du projet de métro en rocade autour de Paris. Il a également confirmé que sa réalisation devrait débuter dans le Val de Marne et que 25 millions d’euros seraient débloqués dès le mois de décembre prochain pour les études.

Le gouvernement, par la voix de Dominique Bussereau, Secrétaire d’Etat aux Transports, m’a fait part du soutien total de l’Etat à ce projet, le lendemain, à l’Assemblée nationale.

 

Question orale posée à Dominique Bussereau,

Secrétaire d'Etat aux Transports

M. Patrick Beaudouin : Monsieur le secrétaire d’État chargé des transports, la région Île-de-France souffre d’une grave carence en matière de transports en commun inter-banlieue. Seul un métro en rocade autour de Paris, maillé avec les lignes radiales existantes ou en devenir – gares de métro, RER, bus et tramways – et reliant les zones denses mal desservies du territoire francilien, permettrait d’apporter une réponse satisfaisante à cette situation.


Convaincus de la nécessité de ce projet, baptisé « Arc express » par la région Île-de-France et « Métrophérique » par la RATP, la région et l’État ont inscrit dans le contrat de projet État-région 2007-2013 des crédits d’études de faisabilité technique et financière, à hauteur de 33 millions d’euros, dont 25 millions seront débloqués dès le mois de décembre prochain pour en accélérer la mise en étude. Ce projet de « Métrophérique » a par ailleurs été inscrit dans les conclusions du récent Grenelle de l’environnement.


Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, m’a confirmé hier que sa réalisation pourrait débuter dans le Val-de-Marne, département où de nombreuses études ont d’ores et déjà été menées, grâce au financement du département, en faveur d’un métro en rocade appelée « Orbival ».


Ce projet d’envergure est le seul capable d’entraîner une modification profonde et durable de la physionomie des déplacements en Île-de-France, et de faire de cette région une région-capitale économique et écologique majeure dans le concert des régions européennes.


Compte tenu de la nécessité de le réaliser dans les meilleurs délais et du lourd investissement financier qu’il suppose – 2 milliards d’euros, soit 90 millions d’euros le kilomètre selon la RATP – pourriez-vous, monsieur le secrétaire d’État, nous indiquer quelle forme prendra l’engagement de l’État dans ce qui sera à l’évidence le plus grand projet structurant, en termes d’aménagement du territoire, réalisé en Île-de-France dans les cinquante prochaines années ?


Participation financière, engagement de l’AFITF, cautionnement d’un grand emprunt national, voire international, sur une longue durée, justifiée par le fait qu’il servira des générations d’usagers, et amorti par la création d’une taxe spécifique sur la richesse économique et urbanistique que ce métro permettra de créer le long de sa ligne, voilà quelques pistes qui pourraient être explorées.


Monsieur le secrétaire d’État, nous sommes face à une responsabilité historique envers les 11,5 millions de Franciliens. J’espère que l’État ne sera pas absent d’un tel projet.


M. le secrétaire d’État chargé des transports : Vous avez tout à fait raison, monsieur le député : c’est un projet essentiel. La chaîne de transports en région parisienne s’est organisée depuis les années 1900 avec la création du métro, dont on prolonge encore des lignes aujourd’hui. Il y eu ensuite, à l’inspiration de Paul Delouvrier, le grand schéma directeur et le RER, et enfin le coup de génie de l’interconnexion.  Mme Lepetit a évoqué tout à l’heure le problème de la ligne 13, et on voit bien que de nombreux Franciliens sont obligés de traverser Paris, au point de saturer certaines lignes de métro.


Le projet de « Métrophérique » ou d’« Arc express », selon qu’il est porté par la RATP ou par la région, est une priorité. Il peut y avoir plusieurs niveaux de « périphicité », mais cela relève du débat politique et de la définition du schéma directeur de la région Île-de-France. Quoi qu’il en soit, ce projet a été retenu dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Il constitue une priorité pour le Gouvernement, et des crédits seront mis en place dès l’an prochain pour ce projet ; certains sont même déjà inscrits dans le contrat de projet État-région.


Il faut maintenant travailler. À l’occasion de l’exposition consacrée aux transports qui s’est tenue récemment sur les Champs-Élysées, on trouvait, sur le stand de la région Île-de-France et sur celui de la RATP des cartes qui semblaient traduire une approche commune en ce qui concerne le Val-de-Marne. Nous serons donc à vos côtés pour faire avancer ce projet. C’est un projet d’envergure nationale puisqu’il est indispensable à la région capitale, et le Gouvernement le soutiendra.


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article