La fête annuelle de la Légion étrangère: un hommage aux héros de Camerone

Publié le par Patrick Beaudouin

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, est aujourd'hui au Mexique pour célébrer la fête annuelle de la Légion étrangère. L'occasion, pour moi, de revenir sur le combat de Camerone, devenu un mythe de la Légion.

 

Le combat eut lieu durant l'expédition militaire française au Mexique, décidée par l'Empereur Napoléon III. Il s'agissait, d'abord, d'obtenir du Mexique le paiement de ses dettes. Mais l'objectif était aussi de placer à sa tête un souverain allié de la France: l'archiduc autrichien Maximilien de Habsbourg.

 

Le 30 avril 1863, chargée d'aller à la rencontre d'un convoi parti de Vera Cruz, une comagnie du Régiment étranger sous le commandement du capitaine Danjou, se heurte, au matin du 30 avril, à une forte troupe mexicaine - 1200 fantassins et 800 cavaliers.

 

Après avoir repoussé deux charges, la soixantaine de soldats et leurs officiers se retranchent dans une ferme du village de Camerone. Sommés de se rendre, les légionnaires font le serment de lutter jusqu'au bout. Accablés par la chaleur et la soif, les Français résistent pendant des heures à la progression de l'ennemi, qui met le feu au bâtiment.

 

En fin d'après-midi, il ne reste plus qu'une poignée d'hommes en état de combattre, ayant tiré jusqu'à leur dernière cartouche. Après une dernière charge à la baïonnette, les survivants acceptent finalement de se rendre, à condition de pouvoir soigner leurs blessés et de conserver leurs armes.

 

Ce à quoi il leur est répondu: "On ne refuse rien à des hommes comme vous".

 

Symbole des valeurs de la Légion, le sacrifice héroïque du capitaine Danjou et de ses hommes est commémoré tous les ans par les légionnaires, où qu'ils se trouvent.

 

Ce sera le cas, notamment, à Fontenay, puisque le Groupement du recrutement de la Légion étrangère ouvrira les portes du fort de Nogent, à partir de 20h00, pour une prise d'armes.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article