Couverture du RER A: La Région accepte d'avancer

Publié le par Patrick Beaudouin


Enfin! La Région Ile de France vient, enfin, après près de trois années de refus réitéré, d’accepter de participer, à hauteur de 50%, au financement de la réactualisation des études de faisabilité technique et financière nécessaire à la poursuite des travaux de couverture du RER A à Saint-Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-Bois. Roger Karoutchi, Président du Groupe UMP au Conseil régional et Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement vient de m'en informer (ci-contre).

L’avancée de ce projet essentiel pour notre circonscription était jusqu’à présent bloqué par le refus de la Région – et non de l’Etat - de respecter ses engagements - la couverture du RER A étant inscrite au Contrat de projet 2000-2006 - refus annoncé dès les premières réunions de travail, en 2005, avec Serge Mery, Vice-Président de la Région Ile de France en charge des transports.

En effet, si l’Etat a vivement soutenu ce projet en l’inscrivant au CPER 2000-2006 et en finançant, par l’intermédiaire de la RATP, 25% de la réalisation de sa première phase, ce n’est plus lui qui est aujourd’hui à la manœuvre : les protections phoniques relève, désormais, exclusivement de la compétence du Conseil régional d’Ile de France depuis la redéfinition du périmètre des Contrats de plan Etat-Région, voulue par le Gouvernement, en 2005, dans un souci d’efficacité et de cohérence.

Dès lors, afin de débloquer la situation, j’avais proposé, en novembre 2006, lors d’une rencontre entre l’Actep et Pierre Mongin, Président de la RATP, que les trois villes prennent en charge la quote-part de la Région Ile de France. Pour ce faire, j’avais obtenu 60 000 € sur la réserve parlementaire, soit 20 000€ par commune.

La décision du Conseil régional, obtenue grâce à la mobilisation de tous les élus du territoire, conseillers régionaux, conseillers généraux, maires et parlementaires, ouvre une nouvelle phase de la réalisation de ce projet indispensable à la qualité de vie dans nos communes.

Je m’emploierai, aux côtés de mes collègues de Vincennes et Fontenay-sous-Bois, à ces que les engagements de la Région se traduisent, dans les plus brefs délais, par des actions concrètes.

L’environnement est l’un des grands défis de notre temps. Notre nouveau Président de la République a souhaité en faire l’une des priorités de son mandat, en liant transports et écologie au sein d’un grand ministère d’Etat ; je suis pleinement engagée dans ce combat, à ses côtés, au plan national comme au plan local.

Commenter cet article