Une majorité qui s'engage pour la jeunesse

Publié le par Patrick Beaudouin

Depuis quelques jours, un certain nombre de jeunes manifestent une inquiétude quant à la réforme des retraites et, plus généralement, quant à leur avenir. Pourtant, jamais autant n'aura été fait pour donner un avenir à la jeunesse.

 

Les jeunes sont d'abord les premiers bénéficiaires de la réforme des retraites.Compte tenu du profond déséquilibre du système de retraite, si nous ne faisons rien, les jeunes d'aujourd'hui devront payer deux fois : pour leur retraite et pour rembourser les dettes accumulées par leurs parents. Avec la réforme, au contraire, nous préservons le système de retraite par répartition.

 

De plus, la réforme renforce la solidarité de notre système de retraite à l'égard des jeunes: les jeunes en situation de précarité, qui sont au chômage et ne sont pas indemnisés, bénéficieront désormais de 6 trimestres validés pour leur retraite au lieu de 4 actuellement.

 

Il est regrettable qu'à l'occasion du débat sur les retraites ait resurgi l'argument, pourtant battu en brèche depuis longtemps, qu'allonger la durée du travail se traduirait par une augmentation du chômage des jeunes.

 

Des seniors qui travaillent, ce sont des seniors qui consomment, donc des entreprises qui produisent et investissent, et qui embauchent des jeunes. En témoigne le fait que les pays qui ont le plus fort taux d'emploi des seniors sont aussi ceux où le chômage des jeunes est le plus faible. Une étude a montré que l'augmentation de 1% du taux d'emploi des seniors se traduisait, au bout de 5 ans, par une augmentation de l'emploi des jeunes de 0,49% et une baisse de leur taux de chômage de 0,9%.

 

Du reste, les emplois occupés par les jeunes et par les seniors ne sont pas substituables. Ils ne travaillent pas dans les mêmes secteurs, n'occupent pas les mêmes fonctions, n'ont pas les mêmes qualifications ni la même expérience, ne perçoivent pas la même rémunération.

 

Par ailleurs, la majorité présidentielle et le Gouvernement mènent une ambitieuse politique pour la jeunesse.

 

Le meilleur rempart contre le chômage et la précarité, c'est la formation.

 

C'est pourquoi nous nous avons massivement investi dans la formation. Au total, ce sont 39 milliards d'euros qui seront dédiés, sur l'ensemble du quinquennat, à nos universités. Dans un contexte budgétaire très difficile, l'année prochaine, le budget de l'Enseignement supérieur et de la Recherche est l'un des seuls à progresser.

 

Nous avons aussi oeuvré à l'amélioration des conditions de vie des étudiants. A partir de la rentrée 2010, un dixième mois de bourse est accordé aux étudiants, et, depuis 2007, les bourses étudiantes ont connu une augmentation sans précédent. Les stages de plus de deux mois sont désormais obligatoirement rémunérés. Pour soutenir le pouvoir d'achat des étudiants les moins favorisés, des milliers d'heures d'emplois ont été créés sur les campus.

 

Le logement étudiant n'est pas oublié, avec 40 000 places nouvelles ou rénovées.

 

Pour accompagner les jeunes en difficulté,le rSa jeunes pour les moins de 25 ans est en place depuis septembre 2010.

 

Pour faire émerger une génération de jeunes engagés, le service civique est opérationnel depuis mai 2010. Plus de 8000 jeunes sont aujourd'hui inscrits dans des missions d'intérêt général pour la Nation (éducation, humanitaire, environnement...) qu'ils pourront valoriser dans leur cursus.

Publié dans Assemblée Nationale

Commenter cet article